Vous venez d’acheter une magnifique scie à onglet ? Vous venez de passer 2 bonnes heures à la régler aux petits oignons, et elle est prête à prendre du service. Vous cherchez une idée de réalisation et vous vous dites qu’un cadre pourrait-être sympa à fabriquer ?

Par cadre, j’entends quatre éléments rectilignes, de même épaisseur, coupés à 45° à chaque extrémité et collés entre eux.

Cadre

A vrai dire, cela s’applique également à tous les montages fermés, ceux-ci par exemple :

Montages

 

Eh bien non, pour les montage fermés,  il vaut mieux laisser tomber la scie à onglet et utiliser une autre technique de coupe, sinon vous allez déchanter et vouloir la rapporter au magasin (grave erreur!).

 

Oui mais alors … à quoi peut servir une scie à onglet si elle ne permet pas de réaliser ce genre de travaux ?

Elle servira à la découpe de pièces, ou pour des assemblages ouverts. Cela peut-être la réalisation d’un angle de corniche à 90° ou tout autre assemblage de ce genre … tant qu’il reste ouvert !

Montages-ouverts

 

 

Pourquoi ?

Normalement c’est la question que vous devriez vous poser à ce stade de l’article 🙂

Eh bien, pour une question de précision ! Que vous ayez acheté une scie à onglet de piètre qualité, ou au contraire un modèle horriblement cher, toutes deux ne seront pas suffisamment précises pour la réalisation de votre cadre.

 

Quelques explications :

Un cadre est composé de quatre angles, soit huit coupes au total. Ces 8 coupes s’additionnent vu que tous les éléments sont jointifs entre eux. Mais les coupes additionnent également leur défaut !

Eh oui, vous n’aurez jamais une coupe à 45° exactement. L’angle fera peut-être 45.1°, ou 44.9° si votre scie est précise, mais cela se soldera quand même par une imprécision totale de facteur huit. Cette imprécision générera un jour disgracieux qui accrochera inévitablement le regard, vu que votre montage doit-être fermé … mais qu’il ne pourra pas l’être à cause de l’accumulation des défauts.

On pourrait se dire qu’un défaut de 0,1° est minime. Après tout, dans un cercle, on en rentre 3600 des dixièmes d’angle ! Mais je vais vous prouver le contraire.

 

Voici une petit démonstration illustrée :

Ici, nous avons un assemblage constitué de deux éléments de largeur 100 mm, coupés à 44,9°. On discerne bien un petit défaut à la jonction du haut, mais rien qui ne semble être rédhibitoire. Le trait en pointillé symbolise quant à lui l’angle parfait de 45°.

Angle449

Si maintenant je zoome sur la jonction du haut et mesure le défaut :

Defaut-angle449

0.49mm d’écart entre les deux éléments, sachant qu’ils ont une épaisseur de 100 mm. Plus l’épaisseur sera importante, plus le défaut sera visible, j’y reviendrai plus tard.

 

Maintenant j’essaie de fermer l’assemblage en jointant les éléments les uns contre les autres sur trois des angles du cadre. Les éléments sont identiques entre eux : mêmes angles, mêmes dimensions. Voyons voir comment ça se passe pour le quatrième angle :

Assemblage-angle449

Hum, il y a comme un souci en bas à droite, non ? Les éléments se chevauchent !

 

Si maintenant je zoome sur le défaut :

Defaut-assemblage-angle449

Presque 5 mm de chevauchement, c’est juste énorme ! Pour un cadre de 500 mm de coté, vous vous retrouvez avec un décalage de 5 mm, soit 1% de la dimension du coté.

 

C’est la même valeur mais inversée, si les angles sont de 45.1° plutôt que 44.9° :

Assemblage-angle451

 

Plus le cadre sera grand et épais, plus le défaut sera visible.

 

Dans les faits, je ne me suis pas posé toutes ces questions en prenant mon petit déjeuner le matin. Ca m’est arrivé parce que je me suis fait avoir comme un bleu 🙂

Voici ce que cela a donné avec ma Kapex 120 de Festool, précise à -0.046° (quand même!). J’étais loin de m’imaginer qu’avec une si petite imprécision, la moitié de celle prise pour exemple dans cet article, j’obtiendrai un défaut que je juge trop voyant.

C’était pour un cadre de 1200 mm x 800 mm et 100 mm d’épaisseur, autant dire une véritable loupe à défauts :

903

 

 

Voilà, j’espère que cet article vous aura convaincu de ne pas utiliser votre scie à onglet pour la confection d’un cadre 😉

Un petit bémol toutefois, pour un cadre petit et fin, il y aurait moyen de tricher un peu en ajustant (recoupe) le dernier élément. Mais la manœuvre est périlleuse, pour un résultat incertain. L’encollage peut également aider à rattraper les défauts de jonction, au prix d’un fort serrage risquant de courber un peu les éléments qui seront mis en situation de contrainte.

A vous de voir si le jeu en vaut la chandelle, mais au moins vous ne serez pas surpris par le résultat s’il est mauvais 😉

 

J’explique dans cet article la méthode que j’utilise pour fabriquer un cadre. Je n’allais quand même pas m’arrêter sur un échec…

 

Oliv’

Pin It on Pinterest