Le parcours initiatique du menuisier en herbe semble être tacitement jalonné par certaines réalisations incontournables. Un photophore, une planche à découper, une table basse en sont quelques exemples. La fabrication d’un miroir en fait également partie. C’est donc en toute logique, que je vous invite à suivre la réalisation d’un miroir à cadre épais en bois massif, à savoir du chêne. 🙂

Miroir à cadre épais 44


Les matériaux

Ne possédant ni dégauchisseuse, ni raboteuse, j’ai dû m’approvisionner en bois déjà raboté.

Il s’agit de planches de chêne, de section 100 x 30 mm.

Quatre équerres et un système de suspension viennent compléter la liste des fournitures.

Miroir à cadre épais 1

En fin de fabrication, nous aurons également besoin d’une plaque de MDF en 5mm d’épaisseur en guise de fond, dont le rôle est double : maintenir le miroir et rigidifier le cadre.

Petit conseil : il vaut mieux attendre que le cadre soit terminé avant d’acheter le miroir et le MDF 😉


La fabrication du cadre

Ponçage préliminaire

Avant d’attaquer l’usinage des planches de chêne, je procède à un rapide ponçage afin d’éliminer les quelques traces de brûlures laissées par le rabotage.

Miroir à cadre épais 2

Le ponçage des chants ne doit pas casser les angles. Comme la surface d’appui d’un chant n’est pas très large comparée au disque de la ponceuse, je ponce les quatre planches en même temps. Ce qui procure une plus grande surface d’appui pour la ponceuse.

Miroir à cadre épais 3

Les feuillures

Au nombre de deux, la première accueillera le miroir, la seconde accueillera la plaque de MDF.

L’usinage se fait à la défonceuse avec une fraise droite.

Miroir à cadre épais 4

La défonceuse est guidée par son guide parallèle, en appui sur la planche.

Miroir à cadre épais 5

Après avoir réglé la largeur d’usinage …

Miroir à cadre épais 6

… le défonçage se fait en trois passes de 5 mm de profondeur, puis une dernière passe d’1 mm. Ainsi, la fraise ne force pas et ne brûle pas le bois.

Miroir à cadre épais 7

La seconde feuillure est usinée de la même façon.

Miroir à cadre épais 8

Une fois les feuillures réalisées, la première est profonde de l’épaisseur du miroir qui va y prendre place. Ici, 4 mm.

Miroir à cadre épais 9

Pré-découpe à 45°

Ici, la scie à onglet ne sert qu’à pré-découper les planches à 45°. Comme expliqué dans cet article, pour un cadre à bords larges, une scie à onglet n’est pas suffisamment précise pour garantir des ajustements soignés. Même s’il s’agit d’une Kapex de Festool !

Les planches sont découpées deux par deux : montants horizontaux ensemble, montants verticaux ensembles. Elles sont un à deux centimètres plus longues que leur taille définitive.

Miroir à cadre épais 10

Miroir à cadre épais 11

Miroir à cadre épais 12

Découpe finale à 45°

C’est la partie la plus difficile de la fabrication, celle où il ne faut pas se louper.

J’ai utilisé la méthode décrite dans cet article pour la découpe finale des angles à 45°. A savoir, l’usinage simultané à la défonceuse des deux planches constituant un angle. La seule différence est que je n’ai pas construit de gabarit, mais j’ai tiré parti du plateau de la table MFT3 de Festool, dont les trous sont usinés à la commande numérique. Ainsi, ils forment un damier de grande précision, très utile pour des positionnements aux petits oignons.

Le montage va peut-être vous sembler compliqué, mais il marche redoutablement bien 🙂

Les planches sont positionnées à 90° grâce aux dogs. Vous remarquerez que la planche de droite n’est pas en appui sur les dogs. C’est parce que pour des contraintes d’usinage, j’ai du la décaler en intercalant un profilé aluminium. Mais l’équerrage est bon.

Miroir à cadre épais 13

Ensuite, vient prendre place le rail qui guidera la défonceuse selon la bissectrice de l’angle.

Miroir à cadre épais 14

Ce montage est à peaufiner en fonction du diamètre de la base de la défonceuse, de l’épaisseur du rail, de la fraise utilisée. C’est pour cette raison que j’ai du décaler la planche droite, de telle sorte que la fraise de défonceuse usine les deux planches à parts égales. C’est du cas par cas en fonction du matériel utilisé.

Les chutes de bois servent à assurer une surface d’appui suffisante à la défonceuse en début et en fin d’usinage.

Les planches peuvent être un peu espacées, tant que la fraise mord dans les deux.

Miroir à cadre épais 15

Après usinage, la jonction est parfaite !

Miroir à cadre épais 16

Reste à usiner les trois angles restants, toujours en suivant la méthode décrite dans cet article pour l’ordre de coupe.

Un rapide montage à blanc permet de vérifier que les équerrages sont bons.

Miroir à cadre épais 17

Si les équerrages n’étaient pas bons, il faudrait tout reprendre depuis le début. Avec pour effet de réduire la taille du cadre. Voilà pourquoi il ne vaut mieux pas acheter le miroir avant d’avoir réussi les découpes.


Renfort des assemblages

Afin de faciliter le collage ultérieur du cadre, mais surtout afin d’augmenter sa résistance, je prévois un assemblage par lamelles.

Traçage des lamelles.

Miroir à cadre épais 18

Après usinage.

Miroir à cadre épais 19

Il est temps de passer au collage.

Collage et serrage

La surface de travail doit être bien plane si l’on ne veut pas se retrouver avec un cadre bancale. Ce dernier étant un peu grand pour la MFT, j’ai fait au mieux …

Afin de ne pas perdre de temps lors du collage, tout ce qui peut être préparé à l’avance doit l’être.

Le montant du fond est fixé à la MFT, la presse d’encadrement rapide Veritas est assemblée. Petite parenthèse, cette presse est vraiment géniale pour ce genre d’assemblage. Surtout quand on ne dispose pas des serre-joints adéquats 🙂 Si une presse n’est pas suffisante, comme ici, on peut en coupler deux ! Ca tombe bien, elles sont souvent vendues (en promo) par deux.

Miroir à cadre épais 20

Après encollage, mise en place de la presse Veritas et vérification des équerrages, il n’y a plus qu’à attendre que la colle sèche.

Miroir à cadre épais 21

Renfort des angles

Ce genre d’assemblage, bois de bout contre bois de bout, n’est pas ce qu’il y a de plus solide. Malgré le renfort apporté par la lamelle, j’ai décidé d’ajouter des équerres métalliques dans les angles. Bon en fait, c’était surtout l’occasion de tester une nouvelle technique 🙂

L’équerre doit arriver à fleur et surtout ne doit pas flotter dans son logement. Au contraire, elle doit rentrer en force.

Le défonçage du logement de l’équerre ne doit ainsi pas être réalisé approximativement, il faut le réaliser grâce à un gabarit.

Gabarit

La première étape consiste à visser l’équerre sur un bout de contreplaqué.

Miroir à cadre épais 22

A l’aide de quelques bouts de MDF ou de contreplaqué peu épais, on crée une surface d’appui pour la défonceuse.

Miroir à cadre épais 23

Puis à l’aide d’une bague à copier et d’une fraise droite de petit diamètre, on défonce le contreplaqué en suivant le contour de l’équerre.

Miroir à cadre épais 24

Il ne reste plus qu’à fabriquer un « bouchon », qui viendra combler un côté puis l’autre du gabarit. Sans ce bouchon, le défonçage de l’intérieur de l’équerre serait arrondi et n’épouserait pas parfaitement son contour.

Miroir à cadre épais 25

Défonçage

Toutes mes excuses, je n’ai pas les photos du défonçage, mais voici le principe de fonctionnement.

Pour commencer, la défonceuse est réglée pour que la fraise usine sur une profondeur correspondante à l’épaisseur de l’équerre. On utilise la fraise et la bague de copiage ayant servi à la fabrication du gabarit.

Le gabarit est fermement bridé dans un angle du cadre. On installe le bouchon et le défonçage peut commencer.

Miroir à cadre épais 26

Ensuite, le bouchon est déplacé et on termine le défonçage.

Miroir à cadre épais 27

Le défonçage est terminé.

Miroir à cadre épais 28

Il reste à équarrir les angles au ciseau à bois à tester la mise en place de l’équerre.

Un marteau est nécessaire pour l’insérer dans son logement : c’était le but recherché !

Miroir à cadre épais 29

L’équerre sera fixée après les finitions.

Système de suspension

Afin que le miroir à cadre épais puisse être accroché au mur, il existe une quincaillerie spécifique qui va s’installer de la même manière que les équerres de renfort.

Gabarit

Avant de construire le gabarit, il vaut mieux s’assurer que les dimensions spécifiées sur l’emballage sont les bonnes. Ce qui n’a pas été mon cas …

Miroir à cadre épais 30

La construction de ce gabarit est un peu différente du précédent, j’ai utilisé une fraise dont le diamètre est égal à la largeur de la pièce métallique. Cela facilitera le défonçage (l’arrondi aux extrémités sera parfait), mais cela complique un peu les calculs de fraise/bagues de copiage nécessaires.

De plus, comme la pièce métallique est peu épaisse et bombée, je n’ai pas pris le risque de m’en servir de guide pour la défonceuse.

Un petit schéma reprenant le décalage induit par la bague de copiage me sert de guide pour positionner les supports d’appui de la défonceuse.

Miroir à cadre épais 31

Il n’y a plus qu’à usiner le gabarit et noter les informations utiles pour une utilisation ultérieure.

Miroir à cadre épais 32

Défonçage

Comme pour les équerres, le gabarit est maintenu fermement au cadre avant défonçage.

Miroir à cadre épais 33

Afin de pouvoir accrocher le miroir verticalement ou horizontalement, j’ai disposé deux paires d’accroches. A un tiers dans la hauteur et à un tiers dans la largeur.

Ca rentre au poil !

Miroir à cadre épais 34

Fond en MDF

Il ne reste plus qu’à couper la plaque de MDF aux dimensions de sa feuillure. Elle servira à rigidifier le cadre, donc si elle rentre au chausse-pied, c’est parfait.

Miroir à cadre épais 35


La finition

Si besoin, il faut rattraper les désaffleurs avec un ponçage du cadre.

C’est le moment d’appliquer sa finition au cadre. J’ai choisi de l’huile incolore afin qu’il conserve son aspect naturel.

Trois couches passées au pinceau, avec égrenage intermédiaire.

Miroir à cadre épais 36

Eh bien c’est raté pour l’aspect naturel. L’huile a un peu jauni le bois.


Assemblage final

Le miroir prend place dans sa feuillure. Afin qu’il ne se brise pas dans l’éventualité où le cadre travaillerait un peu, le miroir doit être plus petit que son emplacement. Prévoir un espace de 2 ou 3 mm de chaque côté. J’ai utilisé du joint de fenêtre en mousse souple pour caler le miroir et éviter qu’il ne se balade dans son logement.

Nous pouvons maintenant visser les équerres, les systèmes de suspension, ainsi que le fond en MDF.

Miroir à cadre épais 37

Miroir à cadre épais 38

 

Ce miroir à cadre épais est à présent terminé, place aux photos du rendu final.


Photos

Détails

Gros plan sur un assemblage à 45°.

Miroir à cadre épais 39

Miroir à cadre épais 40

Gros plan sur un (autre) assemblage à 45°.

Miroir à cadre épais 41

Gros plan sur la liaison bois/miroir.

Miroir à cadre épais 42

Mise en situation

Eclairage naturel.

Miroir à cadre épais 43

Eclairage artificiel.

Miroir à cadre épais 44


Bilan

La réalisation de ce miroir à cadre épais n’aura pas été triviale. Pour la petite histoire, c’est grâce à elle que j’ai pris conscience des limites d’une scie à onglet pour les assemblages à 45°. Et grâce à elle (et internet!) que j’ai découvert l’astuce de la découpe simultanée des deux éléments d’un angle.

A présent avec cette technique, faire un cadre épais aux assemblages soignés devient réalisable, en contrepartie d’un délai de fabrication beaucoup plus élevé.


@ bientôt.

Oliv’

Pin It on Pinterest

Share This