Quel est le point commun entre un sol glissant et le travail du bois ? L’accumulation des chutes !

Pour le premier, je vous laisse aspirer votre atelier, ou enfiler des chaussures antidérapantes. Pour le second, laissez moi vous présenter le petit meuble de rangement que je me suis fabriqué.

Il est très (très) fortement inspiré de celui de Steve Ramsey, j’y ai juste apporté quelques modifications afin de coller au mieux à ma grande difficulté à me débarrasser des chutes de bois, y compris les plus petites.

Vous savez, le « ça peut toujours servir, je vais la garder ». Excuse louable … jusqu’au jour où le moindre recoin de l’atelier est occupé par des chutes de toutes dimensions.

Il me fallait un rangement capable d’accepter tout type de chutes : de la grande chute à la petite chute, en passant par la longue et fine (hop hop hop ! Esprit mal tourné repéré!).


La fabrication débute par un cadre bien costaud. Et ensuite, par la fabrication du meuble en lui-même.

Fabrication du cadre

Je découpe les traverses en pin à la scie plongeante plutôt qu’à la scie à onglet, car je ne peux pas y positionner de butée sur une telle longueur.

La butée permet de couper les tasseaux à bonne longueur en ne mesurant que le premier.

Comme souvent, je me sers des dogs pour garantir les équerrages.

Découpe des tasseaux

Ensuite, je positionne les éléments du cadre afin de pouvoir tracer l’emplacement des dominos.

Marquage des dominos

C’est parti pour l’usinage des traverses et des montants. Il n’y a qu’à aligner les traits.

Détail positionnement Festool Domino DF 500

Usinage des dominos

La Festool DF 500 est vraiment efficace, en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire … le cadre est déjà presque terminé.

Il ne reste plus qu’à l’encoller et le mettre sous presse, après avoir vérifié son bon équerrage.

Collage du cadre

Après séchage et un petit ponçage afin d’éliminer les tracés et autres repères, le cadre est terminé.

Cadre finalisé

Passons à présent au meuble.


Fabrication du meuble de rangement

J’ai utilisé du contre-plaqué de 15mm d’épaisseur. A la base, j’aurais préféré une épaisseur de 18mm, mais ça triplait quasiment le coût.

 

C’est parti pour la découpe des trois planches principales : le socle et les deux parois verticales.

Comme toutes les découpes vont être en biseau, il est primordial d’être bien à l’équerre.

J’ai réglé sur la scie un angle de 5°, ainsi les plus grandes chutes seront stockées presque à la verticale … sans risque de chavirer.

Et puis, c’est tellement sympa de travailler sans angle droit 😉

Découpe des planches principales

Le même angle est utilisé pour la découpe des trois étagères.

Etagères découpées

A présent, une longue séance de fraisage nous attend.

C’était la première fois que j’utilisais la Festool Domino, alors je me suis un peu lâché …

Il est possible d’utiliser moins de dominos sans nuire à la solidité du meuble.

 

Une fois les emplacements des dominos tracés sur les parois et les étagères, nous pouvons commencer le fraisage.

Avec une règle métallique (ou un tasseau rectiligne), on créé un appui qui guidera la fraiseuse.

La règle est bridée à ses deux extrémités, ça se voit mal pour le côté gauche qui est bridé sous table via un serre-joint pour rail.

Guidage pour dominos

Sans guide, le fraisage serait bien trop approximatif, alors que là, ça va tout seul !

Usinage des mortaises

Le premier fraisage est de taille normale, les suivants sont plus larges (option prévue par la Domino). Ceci afin de ne pas être embêté au montage final par un ajustement trop serré. Avec neuf dominos sur la longueur, inutile de courir le risque, ce serait voué à l’échec.

Une fois la première ligne fraisée, je renouvelle l’opération pour les deux autres. Cette planche est prête à accueillir ses trois étagères.

Après usinage de toutes les mortaises

A propos des étagères, j’ai oublié de prendre une photo, mais c’est le bon moment pour les fraiser.

Ces étapes sont à répéter pour la seconde paroi verticale.


Il semblerait qu’à présent nous puissions assembler les parois et leurs étagères … mais en fait non.

Comme le meuble est assez volumineux, et que les assemblages ne sont pas à 90° (souvenez-vous, l’angle de découpe à 5°), la mise sous presse s’annonce rock n’ roll ! Ne possédant pas de serre-joints me permettant ce type d’assemblage, j’ai opté pour un bridage par vis.

Et le bridage par vis implique de pouvoir accéder aux têtes de vis, logique.

Si j’assemble tout de suite ces éléments entre eux, je ne saurai plus visser les caissons latéraux par la suite. Alors que si je commence par les caissons latéraux, je saurai assembler le reste du meuble ultérieurement.


Ainsi, nous passons à présent à la fabrication de ces fameux caissons.

Ils sont constitués de cloisons verticales coupées à l’onglet selon un angle de 5° et d’une planche latérale de maintient.

Commençons par les cloisons, elles sont débitées à format à l’aide de la scie plongeante.

Planches pour caissons latéraux

Ensuite, à l’aide de butées, nous venons régler l’angle de coupe à onglet.

Butées pour coupe en angle

La photo n’est pas forcément très explicite, la prochaine devrait l’être.

Découpe en angle

Il n’y a plus qu’à reproduire cette coupe pour les quatre cloisons.

Maintenant nous pouvons de nouveau usiner quelques fraisages. Sur trois des quatre cotés des cloisons …

Usinage des planches des caissons

… sur la paroi où elles prendront place, sur le socle du meuble …

Usinage des mortaises pour planches des caissons

… et sur la planche latérale qui viendra fermer les caissons.

Et j’ai encore oublié de prendre la photo kivabien®. Décidément !

Est-ce que …

… pour me faire pardonner …

… je ne vous mettrai pas une photo de chaton mignon ?

… Ou de toutou tout fou ?

Allez, parce que je vous aime bien, va pour le toutou… voilà 🙂

ToutouTouFou

J’espère ne pas avoir oublié d’autres photos, sinon je vais devoir dégainer les chatons mignons …

Bien ! Reprenons.

Par souci de sécurité mais aussi d’esthétique (c’est trèèès important l’esthétique pour un meuble d’atelier), on peut couper l’angle extérieur des cloisons.

Voici finalisés, tous les éléments nécessaires aux caissons.

IMG_20151027_154759

Nous en avons fini avec la Domino, tous les fraisages sont réalisés. Il est enfin temps de passer à l’assemblage !

Je vous vois trépigner d’impatience derrière votre écran ! Oui oui ! Le moment tant attendu de l’assemblage ! Ou alors … c’est parce que cet article traîne trop en longueur et qu’une envie pressante commence à se faire sentir … Je préfère la première hypothèse 🙂


Afin de gagner du temps lors du collage, il est fortement conseillé de pré-percer les emplacements des vis qui viendront serrer les assemblages.

Détail préparation des planches principales

Ca fait un paquet de trous à pré-percer me diriez vous : les parois verticales, les cloisons, le socle. Oui, parce que tant qu’à faire autant tout pré-percer d’un coup et pas juste les caissons que l’on va assembler là, tout de suite.

Ceci étant fait, chaque cloison est encollée puis vissée sur la paroi verticale.

Assemblage des caissons

L’excédent de colle est enlevé à l’aide d’une éponge humide.

Nettoyage de l'excès de colle

Les quatre cloisons sont maintenant assemblées.

Parois des caissons

Et enfin, le tout est assemblé au socle. Toujours par dominos, colle et vis.

Mise en place coté droit

Avant de fermer les caissons, nous allons assembler les étagères. Toujours pour cette problématique d’ordre de vissage.

Mise en place des étagères

Mise en place des étagères

Logiquement, nous poursuivons par l’assemblage de la seconde paroi verticale.

Mise en place coté gauche

Mais … que font donc ces serre-joints ??? Facile : ils réparent une petite bourde que j’ai commise. A savoir deux vis mal centrées, ce qui a eu pour effet de faire éclater le bord de deux étagères. Un peu de colle et on n’en parle plus.

A ce stade, le socle et la paroi peuvent être vissés ensemble. Il n’y a pas de dominos dans cet assemblage, car entre les imprécisions de mesure et celles d’usinages, le risque d’écart était trop grand. La jonction est simplement collée et vissée.

Maintenant que toutes les vis de renfort sont mises, nous pouvons terminer les caissons.

Finalisation des caissons

Ce coté ci est terminé, de l’autre, une petite butée à l’extrémité du socle sécurisera les plus grandes chutes … d’une chute certaine.

Butée pour coté gauche


A ce stade, ne reste plus qu’à installer des roulettes afin de pouvoir déplacer facilement le meuble de rangement.

L’occasion pour moi de faire ma seconde boulette, pour laquelle j’ai été aidé par l’exceptionnelle qualité des vis Brico Dépôt !

C’est en fait une double boulette :

  • Avoir utilisé des vis à tête fraisée pour fixer une pièce métallique.
  • Avoir cru que des vis premier prix seraient suffisamment solides.

Au premier déplacement du meuble de rangement, il s’est lamentablement affaissé : des vis avaient rompu.

Vis Brico Dépot

« Quand c’est pas cher, c’est trop cher » © Illustre inconnu

Une fois les têtes cassées, impossible de retirer le reste des vis, j’ai dû décaler l’emplacement des roulettes.

Pour cela, j’ai collé de petits morceaux des chutes du cadre afin d’étendre la zone de fixation des roulettes.

Renfort des angles

Des tirefonds ont avantageusement remplacé les vis pour la fixation des roulettes,voilà ce que ça donne …

Aïe aïe aïe …

… j’étais pourtant certain d’avoir pris tout ça en photo …

C’est donc l’heure des chatons mignons !!!

… pour me faire pardonner …

chatonsmignons

J’ai menti, voici la photo !

Mise en place des roulettes


Le meuble est quasiment terminé, il ne reste plus qu’à couper et mettre en place par vissage les parois du rangement supérieur. Celui qui accueillera les plus petites chutes.

Détail réceptacle pour petites chutes

Et voilà, fini !

La partie centrale accueillera les longues chutes peu larges.

IMG_20151028_173713

La partie gauche, les plus grandes chutes

Meuble terminé vue gauche

La partie droite, les chutes de taille moyenne.

Meuble terminé vue droite

Et la partie supérieure, les petites chutes.

Vue intérieur des caissons

Voilà toutes les chutes que je devais caser dans le meuble de rangement.

IMG_20151102_095802

Il est déjà presque plein.

Rangement rempli

Quel gain d’espace et de propreté que d’avoir toutes ses chutes au même endroit, rangées. Je regrette juste de ne pas avoir construit ce meuble de rangement plus tôt.


J’espère que cette réalisation vous aura plu, je m’excuse de nouveau pour les photos manquantes 🙂

N’hésitez pas à laisser un petit commentaire !

 

@ bientôt

Oliv’

 

Pin It on Pinterest

Share This